Le développent durable est-il compatible avec l’économie de marché ?

Christian Bouquet, Professeur émérite de géographe politique à Bordeaux-Montaigne.
Chercheur au laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde) de Sciences Po Bordeaux

Heure de début16:30
LocalisationCampus universitaire, bâtiment Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports / Amphi III

 

Fruit de la COP21, l’Accord de Paris a été signé en décembre 2015 par 195 États et ratifié par 145 pays représentant 83 % des émissions de gaz à effet de serre. Mais, si cet accord est presque universel, il n’est toujours pas contraignant et aucune mesure n’est prévue pour obliger les industriels à respecter l’environnement, donc à mettre en place des dispositifs visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En effet, ces mesures risquent de coûter cher et de mettre en danger la compétitivité de certaines entreprises, ou de condamner celles qui exploitent les énergies fossiles. C’est pourquoi un chef d’État comme Donald TRUMP a décidé de s’affranchir des règles de la COP 21 en juin 2017, allant jusqu’à se montrer sceptique quand à la réalité du réchauffement climatique.

On mesure donc les difficultés qu’il y aura à équilibrer les trois piliers du développement durable tels qu’ils avaient été définis lors du Sommet de Rio en 1992. Le modèle économique qui prévaut actuellement sur l’ensemble de la planète est-il viable au plan environnemental et équitable au plan social ?

Pour contribuer à répondre à cette question, plusieurs exemples choisis dans les contextes africains seront analysés, notamment la sécurisation des terres et l’accès à l’eau potable.