ANNULATION ET REPORT DE L’art de la fugue…

Rémy Oudghiri a une formation de sociologue. Il a travaillé à l'institut Ipsos, et dirigé des études sur l'évolution des valeurs, des modes de vie et de consommation dans les sociétés contemporaines ; il est actuellement directeur général adjoint de Sociovision, cabinet d’étude et de conseil du groupe Ifop.

Heure de début17:30
LocalisationCampus universitaire, bâtiment Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports / Amphi III

 

L’IMPRÉVU A FRAPPÉ À NOTRE PORTE SOUS LA FORME D’UNE GRÈVE SNCF QUI A SUPPRIMÉ LE TRAIN DE M. OUDGHIRI.

COMME LA MÉTAMORPHOSE DE NOS CONTRARIÉTÉS EN OCCASIONS DE PRENDRE LA TANGENTE ÉTAIT AU PROGRAMME…, NOUS L’APPLIQUERONS EN CE CAS ET FERONS CONTRE MAUVAISE FORTUNE BON CŒUR !

LA CONFÉRENCE SERA RE-PROGRAMMÉE.

 

L’imprévu a-t-il à ce point déserté nos vies ; a-t-il a été à ce point banni de nos sociétés, toujours plus avides de tout planifier et de nous contrôler que nous-même ne puissions plus vivre sans plans, sans guides, sans gps ou applications d’itinéraires ?

Tenus par la main, ou peut-être bien en laisse, le hasard et l’égarement nous seraient-ils devenus si étrangers que nous ayons toujours besoin de savoir d’où nous partons, où nous arriverons et comment ?

Certains pourtant ne demandent jamais leur chemin, craignent même qu’on les renseigne ; ils marchent volontiers au hasard car leur plus vif désir est de se perdre. Ces excentriques de nos sociétés connectées, Rémy Oudghiri nous les a fait rencontrer dans La société très secrète des marcheurs solitaires (PUF, 2022)

Leur art singulier s’accompagne de celui de percevoir encore la poésie insoupçonnée du quotidien, de garder le goût des rencontres que sait réserver le hasard. Avec eux, n’est-il pas encore temps de changer notre regard et de pratiquer l’art de l’échappée, belle, évidemment ?

Un art tellement accessible ; à la portée de tous. Il faudrait seulement que nous apprenions à métamorphoser les contrariétés et les retards, les annulations et les pannes en occasions de prendre la tangente de nos sautes d’humeurs, de tourner le dos à nos insignifiantes fâcheries. Il y a tant de lieux d’évasion faciles à identifier : les arrêts de bus et les bancs publics, les premiers étages des cafés, les halls d’aéroports, les restaurants vides, les escaliers d’immeubles…

Cultivons ensemble l’art de la fugue avec notre invité, auteur de L’échappée belle L’art de s’évader un peu plus chaque jour (PUF, 2023)